Oman et la navigation maritime dans l’océan Indien

Oman et la navigation maritime dans l’océan Indien

Vendredi 20 janvier 2017
10h00 – 13h00
Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Salle du Haut-Conseil (niveau 9)
Placement libre
Oman et la navigation maritime dans l’océan Indien

Un colloque organisé par l’Ambassade du Sultanat d’Oman et l’IMA à l’occasion de l’exposition «Aventuriers des mers». Il présente les recherches les plus récentes mettant en lumière le rôle joué par les Omanais dans le développement de la navigation maritime et le commerce dans l’océan Indien.

Thierry Rambaud/IMA

La première partie du colloque sera consacrée à l’étude des réseaux bâtis par les navigateurs omanais dans l’océan Indien et leurs premières confrontations en mer avec les nations européennes. La seconde s’intéressera davantage à l’héritage scientifique préservé dans les traités d’Ahmad ibn Mâdjid, navigateur d’origine omanaise, rédigés au xve siècle.

Les faveurs de la géographie

La situation géographique d’Oman au sud-est de la péninsule Arabique, ses côtes étendues ouvertes sur l’océan Indien et des possibilités de mouillage confortable ont permis à ce pays, au fil des millénaires, de se développer en tant que nation maritime. Les moussons ont raccourci les distances et rapproché les Omanais des populations des rivages africains, indiens ou encore chinois, leur permettant de développer un commerce florissant, une ouverture d’esprit et une tolérance envers l’autre.

 

Une nécessité : la maîtrise des mers

Ces contacts transocéaniques n’auraient jamais été possibles sans la maîtrise de cet espace maritime et sans connaissances dans les domaines de la géographie et des techniques de navigation. Le mythe décrivant les Arabes comme une nation terrestre, un peuple du désert, a été mis à mal par les premières études sur les traités de navigation arabes faites par Gabriel Ferrand il y a déjà un siècle. Ces études ont été ensuite prolongées par celles de nombreux orientalistes, tels que Th. Shumovski, J. Sauvaget, G.F. Hourani, G.R. Tibbets, I. Khory. La fin du xxe et le début du xxiesiècle ont été marqués par l’émergence des Indian Ocean Studies en tant que champ de recherche à part entière et par la montée d’un grand nombre de projets de recherches consacrés à l’étude des contacts dans la région de l’océan Indien.

 

Programme

– Sous réserve de modifications –

Chaque intervention, d’une durée de 20 à 25 minutes,
sera suivie d’une session de questions-réponses de 5 à 10 minutes.
9h45 – 10h00

Accueil des participants et du public
10h00 – 10h05

Allocution de bienvenue

Humaid al-Maani, Ambassadeur du Sultanat d’Oman à Paris
10h05 – 10h10

Allocution de bienvenue

Jack Lang, Président de l’Institut du monde arabe
10h10 – 10h20

Introduction

Olga Andriyanova, doctorante, IMAF, BULAC
10h20 – 10h55

Oman et l’Arabie dans les réseaux anciens du commerce de l’océan Indien (jusqu’au XVe siècle)

Philippe Beaujard, CNRS
10h55 – 11h30

L’Oman et l’océan Indien médiéval : pratique et savoir

Jean-Charles Ducène, EPHE

11h30 – 11h40         

Pause

11h40 – 12h15          

Aspects de la guerre maritime : le Portugal, le Oman et les puissances européennes au XVIIe siècle

Dejanirah Couto, EPHE
12h15 – 12h50  

Oman et la fondation de l’astronomie nautique

François Bellec, Académie de Marine

 

12h50 – 13h00     

Conclusion et mot de clôture

Olga Andriyanova

 

Les intervenants

☼ Philippe Beaujard

Anthropologue et historien, directeur de recherche émérite du CNRS, spécialiste de l’histoire de l’océan Indien avant le xvie siècle et des globalisations anciennes de l’Ancien Monde. Il a notamment publié Les Mondes de l’océan Indien (Armand Colin, 2012, 2 volumes) et plusieurs ouvrages d’anthropologie sur Madagascar. Il a également participé à des programmes tels que le projet ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien » ou le projet « Sealinks – Bridging Continents Across the Sea. Multi-disciplinary perspectives on the prehistoric emergence of long-distance maritime contacts » (dir. N. Boivin, Oxford, R. Allaby, Warwick University, D. Fuller, UC London).
☼ Jean-Charles Ducène

Directeur d’études à la Section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE (Paris), spécialiste de la géographie et des sciences naturelles arabes médiévales, il a édité, traduit et étudié un grand nombre de textes arabes médiévaux. Il est aussi coauteur de l’ouvrage collectif La Fabrique de l’océan Indien (dir. Emmanuelle Vagnon et Eric Vallet, Publications de la Sorbonne, 2017). J.-Ch. Ducène a participé au projet ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et l’océan Indien ». Il est responsable de la section « Geography » du Museum of History of Islamic Sciences, Halban (Oman).
☼ Dejanirah Couto

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches à la Section des sciences historiques et philologiques de l’EPHE (Paris), elle s’intéresse surtout aux relations politiques entre les Portugais, les Ottomans, les Arabes et les Indiens au début de l’époque moderne, ainsi qu’à l’histoire maritime et l’archéologie nautique. Elle est l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire interculturelle, la diplomatie, la cartographie, la guerre maritime, les villes portuaires, les réseaux de renseignements et de commerce dans l’océan Indien. Chercheure associée de l’IFEA-Istanbul et vice-présidente de l’International Association of Maritime Studies fondée par l’Université Piri Reis (Istanbul) en 2012, elle fait partie de plusieurs projets nationaux et internationaux consacrés à l’histoire politique et maritime et à la cartographie (notamment le projet de l’ANR MeDIan « Les sociétés méditerranéennes et les mondes de l’océan Indien »).
☼ François Bellec

Contre-amiral, écrivain et peintre, directeur du Musée National de la Marine de 1980 à 1998, membre et ancien président de l’Académie de Marine et vice-président de la Société de Géographie, il a publié une vingtaine d’ouvrages sur l’histoire des relations entre les hommes et la mer, dont le premier tome de l’Histoire universelle de la navigation (éd. J.-P. de Monza, 2016) qui rend hommage entre autres aux maîtres omanais de la navigation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *